Nos deux stages en Corrèze se sont bien passés et méritent bien un article. Commençons par le premier.

Jour 1 – Samedi 28/8/21 Arrivée à Puy d’Arnac

Nous sommes arrivées (oui, que des filles cette fois-ci) à Puy d’Arnac vers 16h. Parties de Lyon autour de 9 h, nous avons récupéré Elise près de Clermont, puis cueilli à la Gare de Brive, nos 3 parisiennes Elisabeth, Angela et Kris. Le compte est bon : 9 + moi. Après répartition des chambres, il est déjà l’heure de l’apéro et du petit débrif de bienvenue, présentation de la semaine, divers ateliers du matin. Déjà très motivée, je propose une présentation des destinations journalières pour la première page du carnet, suivant ce modèle et hop! tout le monde s’y colle ! le ton est donné. Chaque matin, circulera le petit carnet accordéon dans lequel chacune devra dessiner soit une porte, soit une fenêtre avec le blason et le nom du village, il deviendra au final, un carnet édité sur le Net, remis ou envoyé à chaque participante après le retour.

Chacune a apporté un plat aussi nous avons des menus complets jusqu’à mercredi. C’est pratique et confortable cette formule. Françoise est passée chez sa soeur et a ramené plein de spécialités Corréziennes. Merci Christine !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est arriere-maison2.jpg.
Gite de Puy d’Arnac

Jour 2 – Dimanche 29/8/21 – TURENNE

Notre premier village médiéval dominé par un superbe château mérite quelques explications. Louis IX (St Louis), pour garder un pied Français dans cette partie “anglaise” et récompenser les croisés, décide de donner au Vicomte de Turenne des droits régaliens. la Vicomté devient un état dans l’état, faisant battre monnaie. Il devient refuge des protestants jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes. En 1738, à la demande de Louis XV, le Vicomte de Turenne restitue son Vicomté à la France.

Quand on arrive à Turenne, on est immédiatement interpellé par cette ligne pure de ciel qui se détache, de la tour César (à gauche) à la tour du Trésor (à droite), l’occasion de croquer cette fameuse Skyline, découpée ensuite. Attention à la mise en page au verso !

Un petit coup de main à Kriss, le démarrage est sportif, je vous l’accorde. Le ciel est beau ce matin mais la température est un peu fraiche, une place sur un banc à mi-ombre permet à chacune de trouver le point de vue idéal. L’idée est de continuer la ligne des toits sur la partie droite juste au feutre fin avec hachures pour les ombres, afin de ménager un vaste espace pour écrire Turenne avec une belle graphie et laisser une zone de texte à remplir plus tard. Travail sur double page.

Pendant ce temps, je visite les 2 seuls restaurants du village, complets tous les 2. Nous pique-niquerons donc sur place, c’est le jour idéal. Sur la partie gauche en bas de la page, dessin rapide de la ruelle qui grimpe au château, sans en dessiner le fond, fond qu’on remplira d’un pavé-rectangle noir afin de faire ressortir fortement la ligne des toits. Bravo ! Notre pique nique sous les arbres autour du château redonne des forces pour attaquer l’après midi. En descendant, nous trouvons un petit café et dégustons notre breuvage stimulant pendant que certaines complètent leur page du matin.

Voilà le groupe bien installé juste en face de la belle maison du Sénéchal, hélas un peu occultée par une voiture en stationnement, une première esquisse se devine, quand soudain tout klaxonnant, tout cahotant, arrive le petit train transportant son troupeau de touristes. Impossible de passer, il faut sortir son siège, son matériel et attendre le passage. Dans les 5 minutes qui suivent, il redescend tout frémissant. Je n’ai pas compté les va-et-vient mais le temps d’une aquarelle, c’est long. Héroïques nos croqueuses. Cathy s’attaque au carnet accordéon avec la superbe porte du Sénéchal.

Retour au village autour de 17h. Installées en terrasse, nous nous rafraichissons en admirant les longues toitures qui s’emmêlent, croisant cheminées et chenaux dans une délicate palette gris bleuté. Retour au gite après une journée bien remplie.

Jour 3 – Lundi 30/08/21 – MEYSSAC, petite cousine de Collonges la Rouge

Ce matin, nous commençons à 9 h avec l’atelier Portrait sur Colette, notre personnage célèbre de la région. En effet, pendant la 2ème guerre mondiale, elle s’est réfugiée à Curemonte au château St Hilaire. Dessin sur calque, à partir d’une photo placée à l’envers et de la main gauche, puis aquarelle ou lavis main droite, plus libre.

Départ pour Meyssac qui attire l’attention par ses charmants monuments en grès rouge sur lesquels nous mettrons l’accent. L’église St Vincent, patron des vignerons est parée d’un superbe portail roman Limousin.

Premier dessin : Zoom détaillé du fronton de la Maison Verdès (sans dessiner la porte). Mais depuis notre repérage de mai, la végétation a envahi le fronton et Ségolène fait des noeuds de feuillages pour dégager le sujet. Nous partons ensuite dessiner un vieux portail rouillé que j’ai repéré, en préparant un fond au papier kraft et à la pierre Art-Graf sanguine qui se dissout à l’eau et offre un fond “très rouge terroir” (assorti à la chevelure d’Elise)

Chaque jour, je réserve la veille, le restaurant du midi, un groupe de 10 ça peut compliquer un service. “Au p’tit bistro de Meyssac” très sympa, nous nous régalons. Pour l’après midi, nous attaquons le dessin de la Halle aux grains, sujet un peu compliqué traité en noir et blanc (feutre et Pentel) en travaillant particulièrement ombres et lumière. Nous délimitons ensuite une zone verticale au 3/4 du dessin dans laquelle nous intégrons une bande d’aquarelle fusionnant du jaune à l’orange ou au rouge. Elle deviendra une petite zone de texte vive qui donne du pep’s à l’ensemble.

La fin d’après midi s’achèvera sur la maison à colombages (croquer juste pour la partie haute) au feutre fin. Jeter 3 bandes de couleurs vives sur papier mouillé qui fusionnent. D’autres choisissent un sujet qui leur plait dans le village, ça ne manque pas.

Pour la petite histoire, Françoise a trouvé sur son pare-brise un papier anonyme disant “Vous êtes garer comme un furoncle, un peu de savoir-vivre”, la faute d’orthographe et le texte nous font rire toute la soirée et désormais nous utiliserons cette formule “délicate et savoureuse”!

Jour 4 – Mardi 31/08/21 – BEAULIEU SUR DORDOGNE, la bien nommée.

Atelier Préparation de fonds 1) tache bleue + ocrée, 2) écriture ininterrompue pour la moitié du fond pour la gabare. Collage de l’enveloppe préparée en amont. Dans celle-ci, nous déposerons la carte aquarellée de la maison Renaissance (ci-dessous).

Départ pour Beaulieu, proche de Puy d’Arnac. Dessin : Maison Renaissance en pierre blanche, place de la Bridolle face au portail occidental de l’église St Pierre. En façade, des médaillons représentent les nobles de la région (Gilbert de Hautefort et son épouse Brunette de Cornil). Sculptures, angelots, sirènes, hommes sauvages, arquebusiers, hallebardiers, rappellent les fêtes données durant le voyage de Catherine de Médicis en 1566. Une maison vraiment typique.

Travail sur la petite carte (atelier du matin), dessin au feutre marron ou noir et zoom sur 2 ou 3 détails des sujets en façade. Une belle graphie de Beaulieu complète l’ensemble.

A 11 h, nous nous dirigeons près de la Dordogne pour dessiner la gabare amarrée à quai. Hélas, le tourisme bat son plein en cette saison et nous devons attendre son retour à quai. Elle repartira vers 15h aussi nous devrons être là entre 14 et 15 h. En attendant, dessin de la superbe chapelle des Pénitents avant d’aller manger “Chez Colette” dans le centre ville. Le service est long et nous arrivons au quai autour de 14h 20. Ce sera rapide. On utilise le fond “écrit” préparé le matin.

Une petite photo de groupe au bord de la Dordogne et nous partons dessiner la Tour Renaissance sur une page de vieux livre que je distribue.

Après la petite bière en terrasse bien méritée, retour au Gite. Après le repas, démo de reflets dans l’eau. Demain, nous ferons quelques courses pour le repas du soir. Un petit Qwirkle animé avant de se coucher.

Jour 5 – 01/09/21 – COLLONGES LA ROUGE

A 8H30, (on devient matinales) atelier préparation de fonds et pochoirs, le pop-up sera fait en soirée après avoir vu les lieux.

Maurice Biraud aujourd’hui décédé y vécut avec son épouse toujours présente. C’est elle et le Maire de l’époque qui sont à l’origine de la création des “Plus beaux villages de France” dont bien sûr, il fait partie. Découverte des ruelles aux couleurs du grès rouge orangé dû à l’oxyde de fer contenu dans le sol. Notre choix se porte sur une petite ruelle juste à côté de la halle, pendant que Françoise dessine le magnifique tympan de l’église St Pierre. Le fond préparé en rouge + pochoirs n’attend que les pinceaux en retour.

La maison de la Sirène est le prochain sujet mais la balade dans les rues piétonnes enchante quelques croqueuses qui s’agaillent joyeusement. Il est l’heure de nous rendre à la “Halle Fermière” où j’ai réservé, l’occasion de découvrir la gastronomie locale dont une mémorable salade paysanne avec figues au foie gras, à tomber raide. Les jeunes restaurateurs sont adorables, maraîchers hors saison, ils proposant leurs bons produits en saison touristique et la vente à emporter. Au fond, un moulin à huile de noix laisse deviner une production locale savoureuse.

Cet après midi, je donne quartier libre (et à moi aussi). La consigne est de dessiner sur des formats “cartes postales” prédessinées avec 3 techniques différentes, il y aura au moins 3 dessins.

Près de la maison de Maurice Biraud, je me suis installée pour dessiner. Un petit garçon Solal et sa grande soeur m’interpellent, ils ont repéré le groupe : “Ah, vous êtes avec les autres, nous on a vu Nicole et Elise. Elles nous ont parlé. C’est joli ce que vous faites…” ils sont gentils et curieux, “Demain c’est la rentrée des classes, alors c’est notre dernier jour de vacances. Vous allez rester longtemps ici? on vous reverra?” Moi “je reviens la semaine prochaine avec un autre groupe, si vous êtes là on se reverra, justement c’est un mercredi ! “.

Il est temps de rentrer. Devant le magnifique Castel de Maussac, mon préféré, nous prenons la photo de groupe avec la production du jour. Justement par Solal, qui passait par là.

Après le diner, atelier Pop up Collonges. Les sujets ont été choisis par chacune en fonction de leurs goûts et d’après photo prise sur place. Du papier d’intérieur d’enveloppe permet un bon contraste sur le fond. Coucher très tard (et sans Qwirkle!)

Jour 6 – jeudi 2/09/21 – CUREMONTE surnommé “le village des 3”

Curemonte est ainsi surnommé, car il possède 3 châteaux, 3 églises, 3 fontaines, dans un petit périmètre. C’est ici que nous collons les portraits de Colette en avant-goût de l’étape. (fond aquarellé de 2 couleurs pour donner du relief au dessin sur calque). Avant d’arriver au village, la petite église St Hilaire de la Combe à l’architecture Romane, toute en rondeur, annonce la couleur ; elle fait partie des 3 églises, nous la visiterons en fin de journée.

Pour l’heure, se dresse devant nous les 2 fameux “Château St Hilaire” aux tours carrées à mâchicoulis et “château des Plas” (du nom de la famille Plas) aux tours rondes. Tous deux furent achetés entre les 2 guerres par Henri de Jouvenel, époux de Colette, qui s’y réfugia pendant cette période. Leur fille Colette Renée y vécut longtemps, une rue porte son nom. Les habitants parlent volontiers d’elle et précisent que sa célèbre mère n’a fit qu’un bref passage en ces lieux, sans tisser de lien amical. C’est dit!

Colette par Elisbaeth

Pour l’instant, c’est dans le petit carnet accordéon à 4 plis, préparé à l’avance, que nous allons faire un reportage graphique de ce village. La belle maison à tourelle et balcon bleu sera le sujet n°1. D’ailleurs, le propriétaire nous a repéré et nous invite à visiter son jardin minéral en cours de réalisation. “Mais attention, aucune photo, juste le plaisir des yeux, je ne veut pas qu’on diffuse mon petit jardin intime ou qu’il se retrouve sur Facebook avec des gens qui viendraient polluer mon environnement”. Un peu curieux, mais on respecte. Il nous fait cette faveur “car nous sommes, comme lui, des artistes”.

Dessin au feutre fin sur du papier Kraft, ombres hachurées et couleur uniquement sur le balcon bleu. Découper ensuite le contour de la maison et le coller sur la première page de l’accordéon du jour. Superbe première page.

Le sujet suivant est assez compliqué, le “poste de travail à ferrer les chevaux”, mais chacune s’en sort plutôt bien. Nous remontons au parking pour pique niquer sous un ciel chargé, promesse de quelques gouttes. Heureusement, elle s’arrêtent vite et nous pouvons reprendre le cours du reportage graphique. A la “Barbacane” nous prenons un café; vue dégagée sur le château St hilaire, c’est confortable de croquer ici. Les magnifiques portes remplissent les carnets, comme dans le petit accordéon qui circule de façon fluide. Il sera terminé samedi matin.

La pluie s’est finalement invitée en milieu d’après-midi, nous nous réfugions sous la halle et le carnet se remplit. Vente de produits locaux, provisions pour les fêtes ou pour offrir aux amis au retour. Ce soir, c’est ratatouille et Qwirkle au menu du soir.

Jour 6 – Vendredi 3/9/21 – CARENNAC dans le Lot

Pendant la nuit et même ce matin, la pluie s’est installée. Au programme, plan B : atelier dessin de personnages et postures.

Vers 9h, je pose dans différentes postures de la vie ordinaire. Consigne : dessin au Pentel noir, rapide, sans fermer les lignes, en insistant sur les parties ombrées. Puis je distribue de petits personnages découpés dans les magazines et demande de les reproduire dans la bonne taille pour donner un peu de vie dans les pages du carnet.

Départ à 10h 30 pour Carennac : objectif “intérieur du Cloître”, il était encore fermé lors de notre précédente visite en mai. Consigne : travailler avec les complémentaires, soit jaune violet, soit bleu orange. Nous devrons revenir après le repas car le sujet et assez long à traiter et la “Petite Auberge” nous attend à 12h 30.

Retour au Cloître. 2 types de sujets intéressants, soit la partie basse avec les voûtes et les clochers qui se profilent, soit le premier étage avec son jeu de toits et cheminées imbriquées. Une fois terminé, le groupe se disperse dans le village avec la consigne de “petites pochades” peindre en direct sans dessin préalable c’est très rapide et expressif. Je découvre alors, en contrebas du pont, la fameuse Tour d’escalier du XVIème siècle, seul vestige d’une grande demeure démolie en 1821. En partie ronde, en partie carrée, elle est vraiment typique.

Il est temps de rentrer au Gite. Après la délicieuse tarte à la tomate de Ségolène, nous regardons une fois encore tous les carnets avec grand plaisir. Quelle belle diversité vous avez offert à nos regards émerveillés. Quelle belle implication, intense, une belle émulation entre toutes, des encouragements, du réconfort, des compliments. Tout se devine quand on observe vos carnets.

Et puis, la bonne humeur, les blagues, peu de plongeon dans la piscine, les repas délicieux concoctés entre vous, les parties de Qwirkle à n’en plus finir, les consignes proposées bien exécutées, sans oublier les nouvelles teintes échangées avec Elise, vous connaissez désormais le “gris-vite-fait” et le “vert-insignifiant” , tout ça restera dans nos mémoires communes et je le dis sincèrement “Vous pouvez être fières de vous, c’était que du bonheur et le résultat parle mieux que des mots”.

DERNIERE MINUTE : Je viens de recevoir vos petits carnets “portes de Corrèze” Stage du 28/8 au 4/9/21. Il faudra qu’on se retrouve pour la distribution. Ca donne ça.